On aime… Noom Diawara et on l’interview

NoomDiawara

Raconte nous un peu ton parcours.

Dans les années 2000, lorsque j’étais à la fac de Droit, j’ai commencé à envoyer des concepts d’émission à Canal +, on a fini par se déplacer et on est tombés sur Omar & Fred et on leur a donné une vidéo de nos sketchs. Tous les vendredis j’allais déposer des concepts d’émission puis on m’a proposé d’y faire un stage volontaire de deux ans. Donc petit à petit je me suis mis dans l’humour et un jour, un mec m’a demandé de lui écrire un sketch, je lui ai fait en 1/2h et je suis allé le voir faire du stand up, il y avait Fabrice Eboué, Paterson, le Comte de Bouderbalah, etc. J’avais tellement ri que ça m’a donné envie d’en faire. 
Trois mois après, un metteur en scène me propose de faire la première partie de Tomer Sisley au Théâtre du Temple, je l’a fait, tout se passe bien. Le lendemain on m’a appelé pour me dire de prendre le train pour Avignon pour aller faire la première partie de Jamel Debouzze. C’était ma cinquième scène devant 800 personnes, j’ai adoré. On m’a alors ensuite demandé si je voulais participer au Jamel Comedy Club et j’ai accepté. 

De 2007 à 2010 j’ai donc fait le Jamel Comedy Club puis j’ai arrêté et avec Amel Chahbi on a monté et joué la pièce « Amour sur place ou à emporter« . Cet été on a tourné le film.

Justement, tu peux nous en dire un peu plus sur le film ?

C’est donc l’adaptation de cette pièce formidable « Amour sur place ou à emporter » (Rires).C’était un peu galère car beaucoup de choses fonctionnent sur scène mais certaines ne marchent pas au cinéma donc il a fallu réadapter en gardant l’esprit.
Dans la pièce, beaucoup de choses sont omises, exagérées parce que c’est du théâtre mais dans un film ça ne marche pas. Il a fallu ajouter d’autres séquences, faire jouer tous les personnages qu’on ne voit pas. Ce fût un exercice difficile, on a mis un an et demi à écrire le bon scénario.
C’est une autre pression, quand tu joues au théâtre si une blague ne fonctionne pas un soir, tu la change le lendemain alors qu’au cinéma tu l’as tourné, c’est fait ! 
Le film sort cet été et j’espère qu’il va bien marcher.

Avant, un autre film va sortir, de quoi s’agit-il ?

Oui le film s’appelle « Qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu ? », j’ai tourné avec de grands acteurs : Christian Clavier, Chantal Lauby, Frédérique Bel… C’est une comédie romantique où je vais épouser la fille de Christian Clavier. Je suis très content d’avoir joué dans ce film, il sortira le 16 avril 2014. 

Tu as fait de la télé, du cinéma, du théâtre. As-tu une préférence ?

Le théâtre, la scène ça n’a rien à voir, c’est plus risqué car tu ne peux pas te tromper mais le retour est immédiat. Les gens rigolent tout de suite alors que quand tu fais un film, il faut attendre plusieurs mois avant de connaître la réaction du public. Au cinéma c’est beaucoup d’attente et peu de jeu au final. 
J’aimerai passer ma vie à faire de la scène et du cinéma en alternance, la scène c’est magique. 

As-tu un moment particulier qui t’as marqué ?

Vous voulez que je vous raconte la fois où j’ai bégayé pour la première scène que je tournais avec Christian Clavier ? (Rires). 

Quand tu joues avec Christian Clavier, un monument du cinéma et qu’à côté il y a Chantal Lauby,  c’est là que tu te rends compte que tu fais du cinéma. 

J’ai donc eu la pression et pendant 10 minutes, je n’arrivais pas à dire le mot « extraordinaire » alors que là je vous le dit parfaitement bien (Rires). Je n’y arrivais pas, et c’était drôle car en face de moi j’avais Christian Clavier qui était dans la peau de son personnage, c’est-à-dire en colère contre moi et dans le doute, je me demandais s’il était énervé parce que je n’y arrivais pas ou si c’est parce qu’il jouait. Je paniquais, je transpirais, je n’étais vraiment pas à l’aise ! J’ai réussi à bien prononcer le mot correctement.

Aussi, une fois sur scène avec Amel, on a eu 5 coupures d’électricité. Il faut improviser à ce moment-là et au bout de la troisième coupure t’as tout dit et quelqu’un a crié dans la salle, sans penser mal « remboursé » et on était déçu pour les gens. C’était difficile mais ça fait partie du live. 

Tu es en train d’écrire un spectacle, on peut en savoir plus ?

Je vais vous donner le titre : « Mon ex avait raison ». 
C’est l’histoire d’un mec qui vient de se faire plaquer, qui retourne chez ses parents et qui décide de rebondir, de reprendre sa vie en mains. Malgré tout, il y a toujours le spectre de son ex qui le hante. Va-t-il réussir à l’oublier ? Va-t-il rencontrer quelqu’un d’autre ? Vous le saurez en venant voir le spectacle (Rires). Bientôt dans une grande salle parisienne ! Je sais, je fais de bons teasers (Rires).

Tes bons plans et tes bonnes adresses ?

J’ai découvert il n’y a pas longtemps le BAB, le Bar à Burgers situé au 18 Avenue Claude Vellefaux dans le X ème arrondissement de Paris.Je suis un « junk fooder », j’adore les sandwichs, les hot-dog, etc.
J’aime beaucoup le concept des « food-truck » comme « Le Camion qui Fume« . Je ne suis pas quelqu’un qui sort beaucoup et dès que j’en découvre un que j’aime, j’y vais tout le temps.
Le restaurant italien « NoLita » au 1 Avenue Matignon que je viens découvrir grâce à vous est très bon, avec mon dessert de prédilection le  « Panettone », une brioche coupée en tranches, accompagnée de crème de mascarpone avec une boule de glace safran, le tout saupoudré de cacao (Rires).

Si tu devais nous citer un parfum, un homme, une femme, une ville, un objet et une devise ?

Un parfum : Bois d’Iris de Van Cleef & Arpels. Je n’aime pas avoir le même parfum que tout le monde mais je vous donne quand même mon secret (Rires).

Un homme : senor Diawara, mon père ! 

Une femme : ma mère. Mes parents m’ont toujours soutenu.

Une ville : Grâce aux tournées j’ai vu beaucoup de villes françaises et j’ai découvert Annecy, j’aimerai vieillir là-bas. Le lac est magnifique ! Annecy c’est magique (Rires). Mondialement je dirai Londres, c’est à côté, j’aime beaucoup c’est dépaysant, il y a des comédies musicales, Burger King, des centres commerciaux etc. 

Un objet : mon téléphone, c’est l’objet que j’utilise le plus dans la journée.

Une devise : « Demain est un autre jour ».

Quels sont tes projets et tes envies ?

Mes projets c’est arriver à bout de mon spectacle, de le jouer et qu’il plaise aux gens et qu’ils passent un bon moment ! 

3 réflexions sur “ On aime… Noom Diawara et on l’interview ”

  1. Bonsoir,
    J’ai vu en avant premiere le film : « Qu’est ce qu’on a fait au Bon Dieu ? » la semaine dernière et il était présent avec les 3 autres acteurs… Film à MOURIR DE RIRE. Il sort le 16 avril allez y vous serez pas déçus!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s