On aime… Lucas Belvaux et on l’interview

88547610200433710672829

Nous avons également pu poser nos questions à Lucas Belvaux réalisateur du film « Pas son genre« .

Comment avez-vous découvert le roman de Vilain ?


Je l’ai découvert en écoutant l’auteur parler du livre dans une chronique à la radio et elle en parlait très bien.
Il ne fallait surtout pas tomber dans le piège d’adapter le livre car c’était bien écrit. On adapte les situations, les personnages mais pas l’écriture.
Je suis très loin du livre mais je reste fidèle quand même et c’est ce qui compte.

C’est un film très joyeux, il y a beaucoup de mélancolie mais c’est un film positif. Et j’aime la mélancolie, ce n’est pas désagréable comme sentiment.

Comment s’est passé le casting pour Émilie Dequenne ?


J’ai appelé son agent ! Quand j’écrivais le film je pensais a une actrice de mon précédent film Catherine… Elle n’a pas pu le faire donc j’ai fait un casting ouvert, j’ai hésité de le proposer a Émilie car c’est une actrice étrange qui m’effrayait un peu, je la trouvais trop proche du personnage mais en ayant vu ses films, elle arrive à chaque fois à être différente et on ne peut imaginer une autre actrice qu’elle donc j’ai fini par appeler son agent et je lui ai demandé qu’elle me parle un peu d’elle.
Quand j’ai rencontré Émilie j’ai su directement que c’était une bonne idée. Et puis sa réactivité m’a prouvé sa motivation.

De même pour Loïc Corbery ?


J’ai rencontré plusieurs acteurs mais ça n’allait pas et il fallait que je trouve quelqu’un qui puisse dire facilement des textes philosophiques, presque de manière naturelle. Je m’étais vraiment fixe sur les lectures et je voulais que les femmes puissent tomber directement amoureuses donc il fallait qu’il soit beau et qu’il est l’air intelligent.

Ce qui était beau a voir c’était de voir Loïc et Émilie échanger comme ils l’ont fait et apprendre l’un de l’autre. Il y avait un échange permanent.
Pendant le tournage tout le monde a très bien su s’adapter, se compléter.

Un plan du film que vous aimez particulièrement ?

Il y en a un dont je suis assez fan et fier mais dont les spectateurs ne feront pas forcément attention.
C’est la scène où « émilie » revient de la TV et chante. C’est un plan où elle rejoint moi sur le canapé et elle saute en l’air. C’est un plan serre qui se termine en gros plan. C’était un plan où il fallait absolument s’accorder et on se disait qu’on y arriverait jamais.
Et on a une prise qui est parfaite, parfait sur le jeu, parfait sur le mouvement de caméra. Tout le monde a été au top sur ces 20 sec là, comme un moment de grâce.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s